audelemaitre-photographe-revol-ferreol-133
La tasse durable !

Pied de nez engagé à l’industrie de masse et à ses productions jetables, dès les années 2000, le Froissé Revol apporte sa pierre à l’édifice. Aussi pérenne que son alter égo est éphémère, aussi narratif que l’autre est purement fonctionnel, le gobelet Revol dénature avec humour le matériau plastique. Déjà très présent dans nos intérieurs, la tasse originale Revol s’invite dorénavant au cœur des entreprises soucieuses de réduire leur impact environnemental tout en offrant à leurs collaborateurs une tasse originale personnalisable et indissociable de la pause-café. 

Secrets de fabrication

Depuis la 1ère production sortie de nos ateliers il y a 21 ans, le gobelet Froissé Revol n’a jamais cessé d’être fabriqué sur notre site de production de Saint-Uze en France. Coulé, façonné et émaillé à la main, ce sont nos artisans par leur travail qui font la beauté et la qualité de cette tasse, fidèles à la longue tradition céramique de notre manufacture.  Découvrez les coulisses de la fabrication de la tasse froissée.

1. Fabrication du moule
Tout débute par la fabrication du moule en platre dans l’atelier de modelage. Fabriqué à la main, le moule est composé de trois parties. Il s’ouvre et permet de sortir la pièce crue sans la déformer. 80 pièces sont produites par moule en moyenne. Après usage, ce dernier sera broyé, le plâtre collecté et recyclé dans la filière du bâtiment.
2. Le coulage
Direction l’atelier de coulage dit « traditionnel ». A l’aide d’un pistolet, le moule est rempli manuellement de pâte porcelaine liquide appelée barbotine. Après une dizaine de minutes où la pâte commence à durcir, le moule est renversé pour enlever l’excédent de pate liquide. Le moule est ensuite ouvert puis la pièce déjà formée est extraite délicatement après raffermissement.  
3. Finitions
C’est au tour des finisseuses d’entrer en scène. Ce métier consiste à supprimer à l’aide d’une lame les coutures laissées par le moule et la collerette supérieure assurant rondeur de l’objet. A l’aide d’une éponge mouillée, les bords et le buvant sont adoucis. Chaque pièce est saisie délicatement, le geste doit d’être rapide et maitrisé.
4. L'émaillage
Le gobelet est maintenant prêt pour l’émaillage. Cette opération définit la couleur du gobelet : elle consiste à immerger la totalité de la pièce dans un bain d’émail composé de pigments naturels de couleurs et le ressortir d’un geste souple et aérien pour éviter toute coulure. A cet instant, la couleur n’est pas encore visible.
5. La cuisson
Etape ultime de l’art du feu, le gobelet s’engouffre dans le grand four tunnel de 70 m où il est cuit à 1320°C. Il en ressort dix heures plus tard. Un instant magique ou l’objet se transforme et nous révèle les nuances de sa teinte et son éclat.

La recherche des couleurs porcelaine

La couleur chez Revol prend naissance dans le laboratoire de recherche. En lien étroit avec la direction artistique, son rôle consiste à contretyper sur la porcelaine des couleurs appliquées sur des échantillons de papier. Ce travail en laboratoire débute par la décomposition de chaque couleur en un cercle chromatique qui définit une cible.

Une fois les mesures prises, les différents pigments de couleurs sont choisis selon des critères de résultats attendus : couleurs, nuances, intensité, effets. Ils sont ensuite mélangés pour obtenir différents bains d’émail où seront plongées successivement des plaquettes « test » en porcelaine.

Après une cuisson à 1320°C, chaque échantillon révèle sa couleur porcelaine et la richesse de ses nuances. Par petites touches et à force de tests, les couleurs sont affinées et les cibles atteintes. Une fois la formulation validée, les couleurs d’émaux sont apposées sur les gobelets pour une validation définitive. Un exercice qui nécessite tout autant de patience que de savoir-faire pour satisfaire l’exigence des coloristes.